Emmanuelle

Synopsis

Emmanuelle, une jeune femme aisée, rejoint son mari, un diplomate en poste à Bangkok. Le trajet en avion l’ennuie et la belle oisive s’offre à deux passagers sans attendre l’atterrissage. L’ennui persistant, Emmanuelle use sans ménagement de la totale liberté qu’entend lui laisser son mari, soucieux d’amener sa femme à plus d’abandon.

Bon, pour ma culture cinématographique, je devais voir ce film. Voilà, c’est fait… Dans le genre, je préfère largement « L’empire des sens » (Ôshima, 1976). 

Lors de son passage en commission de censure en 1974, le film devait être censuré si certaines coupes n’étaient pas effectuées. Le décès du Président Pompidou entraîna la mise en place d’un nouveau secrétaire d’Etat  la Culture, Michel Guy, qui permit au film de sortir en salles.

« Emmanuelle » est le plus gros succès de l’année 1974 en France avec 8.893.996 entrées. Le film a été vu par plus de 50 millions de spectateurs dans le monde entier. Un cinéma parisien diffusera d’ailleurs le film  pendant plus de 10 ans.

Il s’agit d’un exemple relativement rare d’un film érotique classé X sorti aux États-Unis par un grand distributeur de films (Columbia Pictures). Apparemment, cela est arrivé parce que le film avait été particulièrement populaire en France parmi les femmes. La société a estimé que le film ne serait pas considéré comme pornographique tant que les femmes l’apprécieraient.

À l’origine, le film s’est vu refuser l’autorisation de filmer en Thaïlande, en partie en raison de son contenu sexuel. Les cinéastes n’ont réussi à le faire qu’en présentant une version antérieure et familiale du scénario qu’ils n’avaient pas l’intention de tourner, et en prétendant plus tard qu’ils tournaient simplement un film documentaire sur les sites locaux. Dans une interview, Sylvia Kristel a déclaré avoir filmé la plupart des scènes de sexe dans des lieux sécurisés. Cependant, ils se sont fait prendre une fois. Elle et une autre femme étaient 

filmées nues sous une cascade et la police est arrivée. Ils ont été jetés en prison pendant une nuit pendant que les producteurs réglaient tout. Mais ensuite, ils ont eu une offre d’aide d’une source surprenante. Il s’est avéré que le prince de Thaïlande était un grand fan de films et avait son propre studio construit près du palais, alors il les a laissés utiliser pour le reste du tournage.

« Je ne peux pas dire que c’est un film brillant, vraiment. Mais c’était le bon moment … C’est devenu comme un monument à Paris. Les Japonais ont été fourrés dans le bus puis ils ont été emmenés à la Tour Eiffel, à l’Arc de Triomphe et à Emmanuelle. En France, les féministes se sont plaints qu’Emmanuelle était une femme objet – un objet de fantasmes masculins. Mais les féministes japonaises étaient plutôt ravies du film parce qu’elles pensaient qu’Emmanuelle était dominante, juste à cause de cette scène où elle grimpe sur son mari. C’était le moment où toutes les femmes japonaises se sont levées et ont applaudi. » (Sylvia Kristel)

Fiche technique

Réalisation : Just JAECKIN Scénario : Jean-Louis RICHARD Musique : Pierre BACHELET, Francis LAI Photographie : Robert FRAISSE Costumes : Georges BRILL, Sylvia PANIGEL Montage : Claudine BOUCHE Pays : France Date : 1974 Genre : Erotique Durée : 90 mn Interprètes : Alain CUNY, Sylvia KRISTEL, Marika GREEN, Daniel SARKY, Christine BOISSON, Jeanne COLLETIN Couleur

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s