L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux

Synopsis

Grace Maclean, 14 ans sort d’un terrible accident qui a coûté la vie à sa meilleure amie et causé d’irréparables dommages à son cheval favori, Pilgrim. Physiquement marquée et profondément traumatisée par ce drame, l’adolescente se replie sur elle même, renonçant à se battre contre l’infirmité. Sa mère, Annie, rédactrice dans un magazine new-yorkais, refuse cependant de s’avouer vaincue. Fermement décidée à sauver Grace et Pilgrim, dont les destins sont intimement liés, elle se lance à la recherche d’un dompteur de chevaux susceptible de guérir l’animal de sa peur et de son hostilité. Elle retrouve ainsi, au coeur du Montana, la piste d’un légendaire « Horse Whisperer », spécialiste du dressage par la douceur, Tom Booker. Surmontant les réticence de ce dernier, Annie le persuade d’assumer cette mission de la dernière chance qui changera aussi le cours de sa prope vie…

Bon certains me diront que c’est un film pour les filles : Robert Redford (séduisant comme toujours), l’histoire d’amour entre lui, un homme qui communique mieux avec les chevaux qu’avec les humains, solitaire, campagnard dans l’âme et Kristin Scott-Thomas, femme active, urbaine jusqu’au bout des ongles. Sûrement. Mais on ne peut que tomber sous le charme de cette histoire d’amour entre humains mais aussi entre humains et chevaux (les rapports entre la petite fille et son cheval). Les paysages sont magnifiquement filmés et les acteurs jouent vraiment très bien. Robert Redford est un réalisateur intéressant. Moi j’aime ce film et j’assume.

Un homme du nom de Buck Brannaman est inscrit au générique de clôture comme « Conseiller technique équin » . Il fait l’objet d’un documentaire intitulé « Buck«  (Cindy Meehl, 2011), qui raconte comment il est devenu un «chuchoteur de chevaux». Dans ce film, il y a une photo de Buck et de son frère Smokie Brannaman dans le montage de vieilles photos de famille lors d’une scène à la

maison Booker. C’est celle avec deux jeunes garçons avec le Père Noël; Buck est le garçon à gauche.

«Chuchotement de cheval» est un peu un abus de langage. Les Amérindiens apprivoisaient parfois un cheval en sautant sur le dos et en se mordant l’oreille pour l’empêcher de ruer (la douleur serait pire si les dents du cavalier étaient secouées par la tête du cheval). Certains observateurs ont mal compris ce qui se passait et ont supposé que le cavalier chuchotait à l’oreille du cheval pour le calmer.

Fiche technique

Titre original : The Horse Whisperer Réalisation : Robert REDFORD Scénario : Eric ROTH, Richard LaGRAVENESE Musique : Thomas NEWMAN Photographie : Robert RICHARDSON Costumes : Judy L. RUSKIN, Bernie POLLACK Montage : Hank CORWIN, Freeman A. DAVIES, Tom ROLF Décors : John HUTMAN, Gretchen RAU Pays : Etats-Unis Date : 1996 Genre : Drame Durée : 168 mn Interprètes : Robert REDFORD, Kristin SCOTT THOMAS, Sam NEILL, Dianne WIEST, Scarlett JOHANSSON, Chris COOPER Couleur

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s