Le jour d’après

Synopsis

Une immense barrière de glace se disloque en Antarctique, une averse de grêle meurtrière s’abat sur Tokyo, des ouragans d’une violence sans précédent ravagent Hawaii, la neige tombe pour la première fois sur New Delhi, et une série de tornades dévastent Los Angeles. Un collège écossais, le Professeur Rapon (Ian Holm) confirme les pires craintes de Jack : ces phénomènes extrêmes sont les symptômes d’une mutation climatique annonçant la proche venue d’un nouvel Age de Glace. La catastrophe longtemps redoutée frappera la planète au cours d’une gigantesque tempête affectant simultanément les cinq continents.

Note : 2.5 sur 5.

Quitte à en décevoir quelques-uns, j’ai bien aimé ce film. Mais j’aime les films catastrophes en général. Bien évidemment, il faut le prendre au premier degré (très premier degré d’ailleurs) car il n’y a pas vraiment d’histoire à part celle d’un père partant, sous un froid plus que sibérien, au secours de son fils coincé à Manhattan. Les images sont très belles et les effets spéciaux plutôt impressionnants. Bon, les loups qui ressemblent à tout sauf…à des loups, le discours bien naze du vice-président à la fin du film est très américano-américain et fait sourire ou lever les yeux en l’air. De même leur entêtement à ne pas vouloir regarder la vérité en face pour finalement se dire « crotte, on aurait du ratifier le traité de Kyôtô« . Mais ça, on le retrouve toujours dans les films catastrophes, ça fait partie des codes du genre. Ah oui, il y aussi beaucoup d’incohérences dans ce film. Mais je ne regarde pas un film cata comme je regarderais un Ingmar Bergman ou encore un Kurosawa. C’est du divertissement pur et il faut le regarder ainsi. Il est parfait, un soir de fatigue, quand on n’a pas envie de réfléchir!

L’œil de la tempête est censé aspirer de l’air surfondu de la haute troposphère ce qui (dans le film) gèlerait instantanément les gens. La température dans la haute troposphère est d’environ – 57 C, même au plus extrême, elle ne descend pas en dessous de – 80 C. A cette température, les gens ne gèlent pas instantanément et les bâtiments non plus. Afin de geler instantanément, vous auriez besoin d’un milieu qui a un excellent transfert de chaleur et pas l’air.

Le raz-de-marée qui a frappé Manhattan aurait démoli les gratte-ciels qu’il a touché et aurait provoqué des inondations beaucoup plus importantes que celles montrées dans le film.

Fiche technique

Titre original : The Day After Tomorrow Réalisation : Roland EMMERICH Scénario : Roland EMMERICH, Jeffrey NACHMANOFF Musique : Harald KLOSER Photographie : Ueli STEIGER Son : Don COHEN Costumes : Renée APRIL Montage : David BRENNER Décors : Barry CHUSID Effets spéciaux : Neil CORBOULD Pays : Etats-Unis Date : 2004 Genre : catastrophe Durée : 124 mn Interprètes : Dennis QUAID, Jake GYLLENHAAL, Emmy ROSSUM, Dash MIHOK, Jay O. SANDERS, Sela WARD Couleur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s