Les enfants du Paradis

Synopsis

En 1828, à Paris, sur le Boulevard du Crime. Deux jeunes artistes, Baptiste Debureau et Frédérick Lemaître, font leur début au Théâtre des Funambules et se lient d’amitié. Une jeune femme mystérieuse et séduisante, au nom de fleur, Garance, intervient dans leur vie. Alors que Baptiste, timide, n’ose lui déclarer son amour, Frédérick, plus déluré, en fait sa maîtresse. Mais Garance, impliquée malgré elle dans les crimes d’un certain Lacenaire, obtient la protection d’un noble, l’épouse et disparaît. Sept ans plus tard, Baptiste, devenu un mime célèbre, a épousé la fille du directeur du théâtre. Le retour de Garance provoque des incidents dramatiques.

Le plus beau film du cinéma français et le préféré de ma mère. Les dialogues de Jacques Prévert sont superbes, le jeu des acteurs époustouflant. Arletty, femme mythique du cinéma français, est au sommet de son art. Je l’ai vu il y a vraiment très longtemps et ce dont je me souviens, c’est ce ballet d’hommes autour de Garance, sa voix, les regards que se portent les personnages.  Pour résumé, ce film m’a fasciné. Ma mère en parlerait mieux que moi.

Il s’agissait de construire le plus grand studio situé dans l’histoire du cinéma français d’alors – le quart de mile de la façade de rue, reproduit dans les moindres détails, représentant le boulevard du Crime, le quartier des théâtres de Paris dans les années 1830 et 40.

Le tournage s’est achevé peu de temps avant le jour J et le réalisateur, ayant prévu de distribuer le film après la libération de la 

France, a fait imprimer et dissimuler trois exemplaires dans trois endroits différents: une cave de la Banque de France, un coffre-fort de Pathé et une bastide provençale.

Un grand nombre de membres de la Résistance française ont travaillé dans l’équipe de ce film, car le pouvoir nazi était à son apogée en France et ces combattants avaient besoin d’être dissimulés.

Fiche technique

Réalisation : Marcel CARNE Scénario : Jacques PREVERT Musique : Maurice THIRIET, Joseph KOSMA, Georges MOUQUE Photographie : Roger HUBERT, Philippe AGOSTINI (directeurs), Roger FORSTER, Léo MIRKINE, Rémy DUVAL, Henri Caruel stéréoscopies (plateau) Son : Robert TEISSEIRE Costumes : Antoine MAYO, Jacqueline MALLIARAKIS, René DECRAIS, Jacques ALLIOD, Jean BOULET, Eugène VANHOECKE, Clément OLLIER, Gino ORRECHIA, Marcelle SCAIOLA Montage : Henri RUST, Madeleine BONIN Décors : Léon BARSACQ, Raymond GABUTTI, Lucien AGUETTAND Chorégraphie : Gilles MARGARITIS, Alex STAATS Pays : France Date : 1945 Genre : Drame Durée : 182 mn Interprètes : ARLETTY, Jean-Louis BARRAULT, Pierre BRASSEUR, Marcel HERRAND, Maria CASARES, Louis SALOU N&b

  • A gauche : une maquette d’époque de la barrière de Ménilmontant remise par Carné aux décorateurs
  • En haut à droite : dessin de Trauner (1943) pour la barrière de Ménilmontant
  • En bas à droite : dessin du futur décor de Trauner conçu en 1943. A gauche, les funambules et à droite, la tonnelle de la gargole aux lionceaux du temple.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s