Le magicien d’Oz

Dorothée, propulsée dans un monde inconnu suite à une violente tornade, se dirige vers la cité d’Emeraude à la rencontre du grand magicien d’Oz. Lui seul peut l’aider à retourner auprès de sa tante Em, dans le Kansas. Sur son chemin, la fillette croise un épouvantail sans cervelle, un bûcheron de fer blanc et un lion poltron, qui deviendront des compagnons précieux et qui eux aussi désirent faire appel au fameux magicien. Après avoir échappé au courant de la rivière et résisté au parfum ensorceleur de la forêt de fleurs, Dorothée et ses amis arrivent enfin à la cité d’émeraude. Mais ils ne sont pas au bout de leurs peines. En effet ! En échange de la réalisation de leurs souhaits, le roi Oz exige une contrepartie : ils doivent tuer la méchante sorcière de l’ouest !

Quand on me demande ce que j’ai comme chien, je répond invariablement : 

  • « Un Toto »
  • « Un Toto? »
  • « Tu connais le magicien d’Oz? »
  • « Non »

Bon et bien, regardez donc ce grand classique de la comédie musicale dont la musique ne peut pas vous être inconnue, surtout la chanson « Over the Rainbow » qui est souvent reprise. Il a probablement beaucoup vieilli mais je garde un très bon souvenir de ce film. Les décors sont superbes.

C’est l’instant où Judy Garland chante « Over the Rainbow » qui marque sa véritable entrée dans la carrière cinématographique. Le film lui vaudra l’Oscar de la meilleure jeune actrice de l’année. C’est aussi grâce au succès du film que Victor Fleming obtiendra de terminer « Autant en emporte le vent« .

« Over the Rainbow » est l’une des dernières chansons écrites pour le film. C’est en se rendant au Grauman’s Chinese Theatre avec sa femme que Harold Arlen compose la mélodie de cette chanson. Sur le chemin il demande à sa femme qui conduit de s’arrêter près de la Schwab’s Drug Store et se met à écrire sur un petit bloc-notes ce qui deviendra la chanson phare du « Magicien d’Oz ».

Richard Thorpe est engagé comme réalisateur le 17 septembre 1938. Au bout de 10 jours de tournage, Mervy LeRoy scrute les rushs et estime que le travail de Thorpe n’est pas adapté à la vision enfantine que le film devrait avoir. Le producteur décide donc de se séparer du réalisateur. George Cukor accepte d’aider le film à se monter. Il est stupéfait par le maquillage et les costumes des acteurs qu’il fait modifier aussitôt sa prise de poste. Ce qui le gêne le plus est l’apparence donné à Judy Garland. Il retire alors la perruque blonde de l’actrice et diminue considérablement son maquillage, lui rappelant ainsi qu’elle interprète une petite fille du Kansas. George Cukor abandonne comme convenu son poste pour s’occuper de son film et ne se doute pas que les modifications qu’il a opérées sont une des clefs de la réussite du film. Pour reprendre la suite de Cukor, Mervyn LeRoy choisit Victor Fleming.

Les effets spéciaux du « Magicien d’Oz » sont l’oeuvre d’A. Arnold Gillespie, un doyen de la spécialité. Il doit concevoir pour le film plusieurs trucages qui n’existent pas encore comme la tornade emportant la maison de Dorothy, la sorcière en train de fondre ou encre la tête du magicien flottant dans les airs. Pour donner l’illusion de la maison prise dans une tornade, Gillespie filme au ralenti une réplique miniature tombant du haut du plateau sur le sol peint pour imiter le ciel du Kansas. Il projette ensuite le film à l’envers pour donner l’impression que la maison tombe vers la caméra. Pour la tornade, il fait construire une sorte d’entonnoir en mousseline qui est ensuite fixé sur un portique amovible pouvant se déplacer sur tout le plateau, tandis que la partie inférieure passe à travers le plancher, dans une fente en forme de « S ». Le tout, d’une hauteur de 9 mètres, avançant vers la caméra avec un nuage de poussière donne l’illusion d’une tornade se dirigeant vers la maison.

Titre original : The wizard of Oz Réalisateur : FLEMING Victor Scénario : Noel LANGLEY, Florence  RYERSON, Edgar Allan WOOLF (scénaristes) – Herman J. MANKIEWICZ, George SEATON, Irving BRECHER, Ogden NASH, Herbert FIELDS, Robert PIROSH, Samuel HOFFENSTEIN, Jack MINTZ, Sid SILVERS, John Lee MAHIN (assistants) Musique : Harold HARLEN, Herbert STOTHART Photographie : Harold ROSSON Son : Douglas SHEARER Costumes : ADRIAN Montage : Blanche SEWELL Décors : Edward B. WILLIS, Jack Martin SMITH, Malcolm BROWN, William A. HORNING Chorégraphie : Bobby CONNOLLY, Arthur APPELL Effets spéciaux : A. Arnold GILLESPIE Pays : Etats-Unis Date : 1939 Genre : comédie musical Durée : 102mn Interprètes : Judy GARLAND, Jack HALEY, Ray BOLGER, Bert LAHR, Margaret HAMILTON, Billie BURKE, Frank MORGAN, Clara BLANDICK n&b/couleur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s