Un Américain à Paris

Synopsis

Jerry Mulligan, un peintre américain sans-le-sou vivant à Paris, est découvert par la fortunée Milo Roberts qui décide de devenir son mécène non sans arrière-pensée. Jerry pourtant n’a d’yeux que pour Lise Bouvier, une ravissante vendeuse, déjà fiancée avec Henri Baurel, une vedette de music-hall…

J’adore Minnelli, Gene Kelly et Gershwin. Mais là, j’avoue que ce n’est pas, pour moi, le meilleur film de Minnelli, je préfère « Tous en scène » ou « La roulotte du plaisir« . Ce film est trop lent, les scènes tirent en longueur. Résultat, je me suis parfois ennuyée et j’ai surtout été très déçue. Sincèrement, que ce film gagne le titre de meilleur film face à « Un tramway nommé désir« , m’échappe totalement. Ceci dit, il est plutôt impressionnant par son esthétisme.

Ce film reçoit 6 Oscars en 1951 : meilleur scénario, meilleur film, meilleurs costumes, meilleure musique, meilleure image et meilleure direction artistique.

La scène finale, un ballet de 17 minutes qui ne comporte ni parole ni chanson, figure parmi les scènes de danse ininterrompues les plus longues de toute l’histoire d’Hollywood. Elle nécessita un mois entier de tournage et coûta un demi million de dollars.

Malgré les objections de Gene Kelly qui voulait tourner sur place à Paris, le film a été tourné aux studios « MGM » en Californie, sur 44 plateaux construits pour le film. 

Une des principales raisons pour lesquelles Gene Kelly a suggéré Leslie Caron comme rôle principal féminin était qu’il pensait que ce film avait besoin d’une « vraie » fille française jouant Lise, pas seulement d’une actrice américaine en jouant une.

La séquence de rêve d’Oscar Levant est un hommage à Buster Keaton. Dans la séquence d’ouverture de « Frigo Fregoli » (« The Play House« ,1921), Keaton a joué tous les rôles: le chef d’orchestre, un chef de scène, chaque membre de l’orchestre, les neuf acteurs sur scène et chaque membre du public.

Fiche technique

Titre original : An American in Paris Réalisation : MINNELLI Vincente Scénario : Alan Jay LERNER Musique : George GERSHWIN Photographie : Alfred GILKS, John ALTON Son : Douglas SHEARER Costumes : ORRY-KELLY, Irene SHARAFF, Walter PLUNKETT Montage : Adrienne FAZAN Décors : Edwin B. WILLIS Chorégraphie : Gene KELLY Effets spéciaux : Warren NEWCOMBE, Irving G. RIES Pays : Etats-Unis Date : 1951 (sortie) Genre : comédie musicale Durée : 113 mn Interprètes : Gene KELLY, Leslie CARON, Oscar LEVANT, Georges GUETARY, Nina FOCH, John ELDREDGE Couleur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s