Rashômon

Synopsis

Au XII° siècle, au Japon, trois hommes s’abritent sous une porte pour se protéger de la pluie. L’un des hommes raconte alors comment il a découvert le cadavre d’un samouraï et de sa femme. Les différents témoins de l’affaire (y compris l’esprit du mort) donnent leur version des faits…

J’ai vu ce film en VO quand j’avais 14 ans. C’est lui qui m’a fait aimé le cinéma ou du moins qui m’a montré ce qu’on était capable de faire dans cet art. Le scénario, la façon de filmer, le son si particulier de la langue japonaise m’avaient dans un état de complète excitation jubilatoire que je ne connaissais pas et que j’allais retrouver par la suite pour de rares films (dans la masse que j’ai pu visionné dans ma vie). Ce jour-là je faisais connaissance avec Akira Kurosawa et Toshiro Mifune un de ses acteurs fétiches (avec lequel il fera 16 films). « Rashômon » est le film qui a fait connaître Kurosawa en Europe et en Amérique et pour lequel il obtint le Lion d’Or à la Mostra de Venise, Oscar du Meilleur film étranger.

Dans son autobiographie, Akira Kurosawa a raconté que l’un des plus gros problèmes rencontrés par son équipe lors du tournage dans la forêt était que les limaces continuaient à tomber des arbres sur leurs têtes. Les acteurs et l’équipe devaient constamment se badigeonner de sel pour éloigner les limaces.

« Vous avez un film considérable dans l’histoire du cinéma car il 

s’inscrit dans un courant, avec quelques autres films qui mettent en question l’image par la multiplication des témoignages (…) Chaque image a l’objectivité même de l’image, et en même temps on se dit « Ah non il y a quelque chose qui ne va pas puisque tout à l’heure on a vu le contraire ». Cette chose qui a été impossible à dépasser pendant 50 ans au cinéma, le fait que l’image donnait la vérité même puisqu’elle reproduisait photographiquement la réalité… là brusquement vous avez un dépassement puisque par le biais de la multiplication des témoignages sur un seul fait, cette image est remise en question. Nous entrons à ce moment-là dans un cinéma beaucoup plus complexe, qui est, je trouve, le cinéma moderne, qui est le cinéma de l’ambiguïté psychologique. » (Jean Carta, émission « Connaître le cinéma », 1963)

Fiche technique

Titre original : Rashômon (羅生門) Réalisation : Akira KUROSAWA Scénario : Shinobu HASHIMOTO, Akira KUROSAWA Musique : Fumio HAYASAKA Photographie : Kazuo MIYAGAWA Son : Iwao ÔTANI, Tsuchitarô HAYASHI Montage: Akira KUROSAWA Décors : H. MOTSUMOTO Pays : Japon Date : 1950 Genre : Drame Durée : 88 mn Interprètes : Toshiro MIFUNE, Takashi SHIMURA, Masayuki MORI, Machiko KYÔ, Daisuke KATO, Fumiko HOMNA N&b

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s