La prisonnière du désert

Synopsis

Ethan Edwards arrive au ranch de son frère Aaron, sa femme et ses trois enfants, après de longues années d’absence, la guerre de sécession étant pourtant terminée depuis longtemps. Le lendemain, les voisins, menés par le révérend et capitaine Samuel Clayton, viennent chercher du renfort pour rechercher du bétail volé par les Comanches. Mais ce n’est qu’une diversion : la ferme Edwards est attaquée, les parents et le fils tués, et les deux filles enlevées. Ethan, le frère d’Aaron, part à la recherche de Lucy et Debbie, ses deux filles disparues, accompagné de Martin Pawley, fils adoptif et métis d’Aaron, et Brad Jorgensen fiancé de Lucy…

John Ford est le maître du genre et c’est toujours un réel plaisir de voir ses films. A noter que pour une fois, John Wayne ne joue pas un rôle de « gentil » car il incarne un soldat tout particulièrement raciste. Quand j’étais petite, je trouvais l’indien très beau, ce que j’ai pu détesté John Wayne sur ce film ! 

« La prisonnière du désert » a été tourné dans le mythique décor naturel de Monument Valley. Le film est basé sur une histoire vraie, celle d’une fille blanche kidnappée par des Comanches au Texas en 1936.

La star de l’Ouest Harry Carey (figure emblématique du western) est décédé en 1947. John Ford a choisi sa femme dans le rôle de Mme Jorgensen et son fils comme l’un des fils (Brad) en hommage à Carey. Dans la scène de clôture, on voit John Wayne dans l’embrasure de la porte, tenant son coude

droit avec sa main gauche dans une pose que les fans de Carey reconnaîtraient comme celle qu’il utilisait souvent.

Les acteurs qui jouent les Indiens Comanche sont tous Navajo, à l’exception du chef Scar, un Juif d’origine allemande. La langue, les vêtements traditionnels et les danses représentés dans le film sont tous navajo, pas comanche. Le « Comanche Death Song » est en fait une chanson sociale navajo « Squaw Dance ».

Fiche technique

Titre original : The Searchers Réalisation : John FORD Scénario : Frank S. NUGENT Musique : Max STEINER Photographie : Winton C. HOCH Son : Hugh McDOWELL, Howard WILSON Costumes : Frank BEETSON, Ann PECK Montage : Jack MURRAY Décors : Victor A. GANGELIN Effets spéciaux : Georges BROWN Pays  : Etats-Unis Date : 1956 Genre : western Durée : 120 mn Interprètes : John WAYNE, Natalie WOOD, Jeffrey HUNTER, Ward BOND, Vera MILES, Henry BRANDON Couleur

3 réflexions au sujet de « La prisonnière du désert »

  1. Bonjour, juste pour préciser que les indiens du film sont joués par de vrais indiens navajos (que Ford avait fait sortir de la misère en les payants comme des extra sur ses tournages au grand dam d’Hollywood), mis à part le chef Scar (un blanc a été imposé à Ford par la production pour celui-ci). Ford dénonce aussi dans plusieurs scènes du film les massacres perpétrés contre les indiens par la cavalerie. La question des prisonniers et des métis l’occupera plus tard dans Les Deux cavaliers où il dénonce là aussi le racisme anti-indien. Ford a aussi réalisé un des plus beaux films pro-indiens qui soient, Les Cheyennes où il raconte l’odyssée de Cheyennes essayant de regagner leurs terres confisquées. Tout ça pour dire que l’idée selon laquelle les indiens étaient toujours des méchants dans le Hollywood des années 1950-1960 est un cliché qui ne tient pas compte de la variété des films.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s