Le coup de l’escalier

Synopsis

Ancien policier limogé pour corruption, Burke a décidé d’organiser un hold-up autant par appât du gain que par haine de ses anciens collègues. Dans ce but, il contacte Earl Slater, récemment sorti de prison, qui ne parvient pas à se reclasser et vit aux dépens de sa maîtresse, Lorry ; et Johnny Ingram, un chanteur noir de boîte de nuit, qui a de grosses dettes de jeu. Mais les deux hommes sont réticents. Ingram accepte le premier car, à l’instigation de Burke, son créancier lui réclame un remboursement immédiat. Aigri par l’inaction, Slater donne aussi son accord. Le casse doit avoir lieu à la banque de Melton, une petite localité de l’Etat de New York.

« Le coup de l’escalier » était le film préféré de Jean-Pierre Melville qui se vantait de l’avoir visionné 120 fois… Dans son propre film, « Le deuxième souffle« , Melville a rendu hommage à celui qu’il considérait comme son maître américain : la séquence de l’attente du hold-up du camion de platine sur la Côte d’Azur est une réplique de celle du film de Robert Wise.

Tourné en pleine Guerre Froide, Le Coup de l’escalier a subi les affres du maccarthysme ambiant en la personne de son scénariste, Abraham Polonsky, repris sur la liste noire et obligé d’utiliser l’un de ses amis, John O. Killens, comme prête-nom. Non crédité au générique, Abraham Polonsky se verra attribué la paternité du scénario bien des années plus tard par la Writers Guid of America.

« Le racisme est le sujet du « Coup de l’escalier ». C’est Harry Belafonte qui m’a contacté pour 

que je réalise le film car sa compagnie en possédait les droits et il avait déjà développé un scénario. Je me suis senti très concerné par le thème. » (Robert Wise)

Ce qui intéresse surtout le cinéaste dans ce film, c’est la description minutieuse de la ville sale, de la grisaille quotidienne, de l’attente, de la montée de l’angoisse des protagonistes.

Fiche technique

Titre original : Odds against tomorrow Réalisateur : Robet WISE Scénario : John O. KILLENS, Nelson GIDDING Musique : John LEWIS Photographie : Joseph C. BRUN Costumes : Anna HILL JOHNSTONE Montage : Dede ALLEN Décors : Leo KERZ Pays : Etats-Unis Date : 1959 Genre : Policier Durée : 95 mn Interprètes : Harry BELAFONTE, Robet RYAN, Ed BEGLEY, Shelley WINTERS, Gloria GRAHAME, Will KULUVA N&b

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s