Sept ans de réflexion

Synopsis

Richard Sherman rentre chez lui après avoir accompagné son épouse, Helen, et son fils, Ricky, à la gare. Le mari et père de famille délaissé pour les vacances voit bien vite sa solitude troublée par sa charmante voisine, une blonde capiteuse et ingénue qui ne mesure pas l’effet de l’oscillation de ses hanches sur l’esprit des hommes. Soudain guilleret, Richard rêve de séduire la belle, persuadé que le deuxième concerto pour piano de Rachmaninov lui sera d’une aide décisive. Mais entre ses désirs les plus fous et la plus prosaïque réalité, il y a un grand fossé, que les vapeurs d’alcool, qui sait, lui permettront peut-être de franchir…

Franchement, qui ne connaît pas cette célèbre photographie de Marylin Monroe plantée sur une bouche d’égout qui lui fait remonter sa robe? Ce n’est pas la comédie que je préfère de Billy Wilder, « Certains l’aiment chaud » est nettement meilleure. Je n’aurais pas choisi cet acteur pour jouer le rôle principal bien que je dois admettre que le fait qu’il représente  parfaitement « monsieur tout-le-monde » permet de mettre encore plus en valeur Marilyn Monroe. Pour conclure, sympathique mais pas inoubliable.

La scène de la bouche d’égout trouve son origine dans un cliché pris par un ami intime de Marilyn Monroe, le photographe Sam Shaw. Celui-ci avait photographié en 1941 un groupe de filles dont la jupe de l’une d’elles se soulevait par un coup de vent pour la couverture du magazine Friday. Le photographe suggéra alors de reproduire cette scène dans « Sept ans de réflexion ».

Le film a été interdit en Irlande parce qu’il était « indécent et inapte à une exposition générale« .

C’est l’un des rares films qui utilise des images de la station originale de New York en Pennsylvanie – inaugurée en 1910 et démolie en 1963. La station de style Beaux-Arts – considérée comme un chef-d’œuvre de l’architecture – a été modelée sur les grandes stations lumineuses de Paris, et un bref aperçu de son plafond de verre peut être vu lorsque Richard emmène sa femme et son fils prendre leur train vers le début du film. La destruction de la gare est largement reconnue pour avoir relancé le mouvement de préservation des monuments historiques.

Bien qu’elle soit l’une des images les plus emblématiques de l’histoire de la culture pop américaine et internationale, ainsi que l’une des photographies les plus reconnaissables de Marilyn Monroe, la célèbre image en pied de Monroe n’apparaît jamais dans le film.

Fiche technique

Titre original :The Seven Year Itch Réalisateur : WILDER Billy Scénario : Billy WILDER, George AXELROD Musique : Alfred NEWMAN Photographie : Milton KRASNER Son : Harry M. LEONARD, E. Clayton WARD Costumes : TRAVILLA, Charles LeMAIRE, Ann LANDERS, Sam BENSON Montage : Hugh S. FOWLER Décors : Stuart A. REISS, Walter M. SCOTT Effets spéciaux : Ray KELLOGG Pays : Etats-Unis Date : 1955 Genre : comédie Durée : 105 mn Interprètes : Marilyn MONROE, Tom EWELL, Evelyn KEYES, Sony TUFTS, Oscar HOMOLKA, Marguerite CHAPMAN, Robert STRAUSS Couleur

Une réflexion au sujet de « Sept ans de réflexion »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s