L’armoire volante

Alfred Puc serait un bien paisible percepteur s’il n’avait, en la personne de sa tante acariâtre et avare, Mme Lobligeois, des occasions permanentes d’angoisse et de conflits. La vieille darne est autoritaire; elle a décidé d’aller chercher des meubles à Clermont-Ferrand. Le voyage doit s’effectuer en camion, par un froid sibérien. Et ce que craignait le brave percepteur arrive: sa tante meurt de froid sur le chemin du retour. Les deux déménageurs qui l’accompagnent cachent l’encombrant cadavre dans une armoire et livrent le tout à M. Puc. Tandis que les trois hommes se racontent les péripéties du voyage, le camion disparaît, volé…

Un vrai cauchemar pour ce pauvre monsieur Puc ! Fernandel joue de manière plus retenue que dans les « Don Camillo » mais c’est tout aussi drôle. Dommage que ce film ne soit  pas présenté plus souvent (d’ailleurs, je ne suis pas sûre qu’il ait été proposé ces dernières décennies). 

Réalisateur : RIM Carlo
Scénario : Carlo RIM
Musique : Georges VAN PARYS
Photographie : Nicolas HAYER
Son : Jean-Roger BERTRAND
Montage : Henri TAVERNA
Décors : Emile ALEX
Pays : France
Date : 1948 (production)
Genre : comédie
Durée : 90mn
n&b
Interprètes : FERNANDEL, CARTON Pauline, BOVY Berthe, KERJEAN Germaine, DENIAUD Yves, MODOT Gaston

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s