Sylvia Scarlett

Endeuillée par la disparition de sa mère, Sylvia Scarlett est obligée de fuir avec son escroc de père qui lui avoue avoir volé son employeur. Elle se coupe les cheveux pour se faire passer pour un garçon et fait la connaissance de Jimmy Monkle, un séduisant escroc.

Déçue. Je m’attendais à mieux de la part de Cukor qui réalise ici son 15ème film, et du coupe Grant / Hepburn qui me semblait tout aussi prometteur. J’ai trouvé Cary Grant un peu fade. Ceci dit, le côté androgyne de Katharine Hepburn lui permet d’être parfaitement crédible dans ce rôle, qu’elle interprète très bien. Si le trio n’est donc pas très convaincant pour ce film, il se rattrapera largement dans « L’impossible Monsieur Bébé » deux ans plus tard. Pas tout à fait raté, mais pas réussi non plus.

« Sylvia Scarlett » marque la rencontre entre Cary Grant et Katharine Hepburn qui joueront à trois autres reprises ensemble dans « L’impossible Monsieur Bébé » (1938) comme je l’ai dit plus haut, « Vacances » (1938) et « Indiscrétions » (1940) tous les trois du même réalisateur : George Cukor.

Titre original : Sylvia Scarlett
Réalisateur : CUKOR George
Scénario : Gladys UNGER, John COLLIER
Musique : Roy WEBB
Photographie : Joseph AUGUST
Son : George D. ELLIS
Costumes : Muriel KING, Bernard NEWMAN
Montage : Jane LORING
Effets spéciaux : Harry REDMOND
Pays : Etats-Unis
Date : 1939 (production)
Genre : comédie
Durée : 97mn
n&b
Interprètes : HEPBURN Katharine, GRANT Cary, GWENN Edmund, AHERNE Brian, PALEY Natalie, MOORE Dennie, PAWLE Lennox

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s