Bronson

En 1974, Michael Peterson, 19 ans, Livré à lui-même, cherche à faire la Une des journaux. Rêvant de devenir célèbre, il tente de braquer un bureau de poste avec un fusil à canon scié qu’il a lui-même bricolé. Rapidement interpellé, il est d’abord condamné à 7 ans de prison.

Sensibles s’abstenir, ce film racontant la vie (essentiellement carcérale) d’un homme particulièrement brutal sans n’avoir cependant tué personne (ce qui est presque étonnant vu son degré de violence). Il y aurait beaucoup à dire sur ce film, notamment sur le caractère du personnage à la recherche de la célébrité qu’il trouve d’une façon particulière, qui considère la prison comme une chambre d’hôtel, qui est dans un certain sens plutôt masochiste… Filmé de façon très esthétique sous fond, entre autres de musique classique (qui n’est pas sans rappeler « Orange mécanique« ), au montage parfait. A noter la prestation de Tom Hardy.

« C’est grâce au producteur Rupert Preston, qui a distribué tous mes précédents films, que je me suis intéressé à « Bronson ». Il m’a donné le scénario, en pensant que j’aurais peut-être envie de le mettre en scène. Mais, honnêtement, j’ai un peu hésité parce que j’avais déjà réalisé plusieurs longs métrages sur des personnages violents, et en particulier des hommes. Après avoir lu le scénario, et en avoir discuté avec Rupert et le producteur exécutif Allan Niblo, on s’est dit qu’on pouvait donner au film une ampleur inattendue. Au fur et à mesure de nos discussions, j’ai commencé à trouver ce projet de plus en plus exaltant et, par chance, j’ai réussi à me libérer pour le tournage car à l’époque, je travaillais sur « Valhalla Rising – Le guerrier silencieux. » (…) J’ai décidé de consacrer le film au « personnage » de Charles Bronson, plutôt qu’à Michael Petersen, son vrai nom. Personnellement, je ne suis pas en mesure de le juger puisque je n’avais aucune idée préconçue à son sujet, et que je ne savais rien de ses exploits qui ont fait la Une des magazines. A partir de là, le thème du film est devenu le changement d’identité. En outre, contrairement à la plupart des films de prison qui traitent de l’évasion, j’ai trouvé intéressant d’explorer ce monde étrange qu’est l’univers carcéral, en montrant qu’il pousse certains détenus à rester délibérément en prison, ou que ces derniers tentent de se battre contre le système tout en étant soumis à une organisation extrêmement autoritaire. » (Nicolas Winding Refn)

Titre original : Bronson
Réalisateur : WINDING REFN Nicolas
Scénario : Nicolas WINDING REFN
Musique : VERDI, WAGNER, BRUCKNER, PUCCINI, Richard STRAUSS, Leo DELIBES, Eric COATES, MILLER/WILLIAMS/YOUNT, ENGEL, SPEAR
Photographie : Larry SMITH
Costumes : Sian JENKINS
Montage : Matthew NEWMAN
Décors : Adrian SMITH
Pays : Grande Bretagne
Date : 2009 (production et sortie)
Genre : drame
Durée : 92mn
couleur 
Interprètes : HARDY Tom, KING Matt, LANCE James, ADAMS Kelly, BURTON Amanda, TUCKER Joe, ROSS Hugh

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s