Les bas-fonds (1957)

Synopsis

Robukei et sa femme Osugi tiennent dans les bas-fonds de Tokyo un asile où, contre quelques sous, chacun peut trouver un abri. Dans cette étonnante cour des miracles, toutes les couches de la société sont présentes : il y a là un ancien policier, un voleur, une prostituée, un acteur raté, un vieil artisan …

J’étais à Paris pour des entretiens d’embauches et ma meilleure amie d’enfance m’hébergeait, la fameuse Carole, celle qui m’emmène voir des films chelous. Un soir, elle me propose d’aller au cinéma avec quelques-uns de ses amis. En lisant le programme, je repère un Kurosawa et lui propose d’aller le voir. Elle n’était pas chaude mais elle a voulu me faire plaisir (c’est ça les amis aussi). Au bout d’un moment, j’ai vite compris que tout ce petit monde se faisait suer (pour être polie) et je me sentais coupable, résultat, je n’ai pas pu regarder ce film attentivement. Conclusion : faut que je trouve le DVD.

Autre anecdote : il faut savoir que ce n’est pas un film drôle et personne ne riait dans la salle (normal me direz-vous). Pourtant à un moment du film, j’entend un rire. Je me retourne et je vois cet asiatique (Japonais?) qui s’esclaffait devant une scène. Je me suis 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est photo4-111.jpg

toujours demandée ce qui l’avait fait rire, je n’ai pas osé le lui demander à la fin de la projection.

La deuxième ligne du joueur pendant la chanson finale est « Jigoku no sata mo, kane shidai » (L’argent achète votre destin en enfer), un proverbe bouddhiste ironique sur le pouvoir de l’argent dans le monde.

Fiche technique

Titre original : Donzoko  (どん底 ) Réalisateur : Akira KUROSAWA Scénario : Akira KUROSAWA, Hideo OGUNI  Musique : Masaru SATÔ Photographie : Ichio YAMAZAKI Son : Fumio YANOGUCHI Costumes : Yoshiko SAMEJIMA Montage : Akira KUROSAWA Décors : Yoshiro MURAKI Effets sonores : Ichirô MINAWA Pays : Japon Date : 1957 Genre : drame Durée : 137 mn Interprètes : Toshirô MIFUNE, Kyôko KAGAWA, Ganjiro NAKAMURA, Minoru  CHIAKI, Kamatari FUJIWARA, Akemi NEGISHI, Nijiko KIYOKAWA N&b

Une réflexion au sujet de « Les bas-fonds (1957) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s