French Connection

Jimmy Doyle et Buddy Russo forment la meilleure équipe de la brigade des stupéfiants de New York. Une de leurs enquêtes les mène à une filière française, dont l’un des relais serait une boutique de confiserie à Brooklyn…

Excellent polar. Evidemment, la nouvelle génération (pour partie), habituée à de l’action pure et dure, des tirs de 100 balles par revolver (ou pistolet) dans tous les sens, va peut-être trouver ce film plutôt mou. En tout cas, dans le genre, c’est une référence.

La principale course poursuite du film fut considérée comme la meilleure jamais tournée à l’époque. Ce morceau d’anthologie ne fut pas vraiment planifié, contrairement à la célèbre scène de « Bullitt » réputée pour sa précision d’horlogerie. Par souci de réalisme, le réalisateur William Friedkin, laissa une grande liberté au déroulement de la poursuite. Trop grand même, puisque l’accident de Gene Hackman, réel, n’était pas prévu. Le tournage fut d’ailleurs très tendu entre le réalisateur et son acteur, celui-ci n’appréciant guère les méthodes « chocs » de ce dernier. Le film contient notamment de nombreuses scènes en extérieurs, et New York connaissait alors un de ses hivers les plus froids. William Friedkin força pourtant Gene Hackman à rester de longues heures dehors afin qu’il soit marqué physiquement et moralement par le froid, et que son jeun n’en soit que plus percutant.

Pendant le tournage de l’hiver 1970, la température à New York était à  -15 ° C. L’équipe de tournage se précipitait dans des magasins entre les prises et les réglages de la caméra.

Les policiers Eddie Egan et Sonny Grosso ont servi de base à Jimmy «Popeye» Doyle et Buddy «Cloudy» Russo; les deux officiers à la retraite ont également agi en tant que conseillers techniques sur le film et ont joué de petits camées. Selon le réalisateur, Egan et Grosso ont été d’une grande aide dans son style de tournage de guérilla. Parce qu’ils n’avaient pas la permission de tourner sur de nombreux endroits utilisés, Egan et Grosse étaient souvent sur le plateau pour empêcher les gens d’interférer avec la production.

Oscar du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur acteur, du meilleur montage et du meilleur scénario adapté.

Titre original :The french connection Réalisateur : FRIEDKIN William Scénario : Ernest TIDYMAN, Howard HAWKS Musique : Don ELLIS Photographie : Owen ROIZMAN Son : Chris NEWMAN, Theodore SODERBERG Costumes : Joseph FRETWELL, Joseph W. DEHN, Florence FOY Montage : Jerry GREENBERG Décors : Ed GARZERO Effets spéciaux : Sass BEDIG Pays : Etats-Unis Date : 1971 Genre : policier Durée : 104 mn Interprètes : Gene HACKMAN, Roy SCHEIDER, Tony Lo BIANCO, Marcel BOZZUFFI, Fernando REY, Frédéric DE PASQUALE, Eddie EGAN, Fred J. LINCOLN Couleur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s