Quand la ville dort

Synopsis

A peine sorti de prison, le docteur Erwin Riedenschneider, surnommé « Doc », prépare un nouveau coup : le cambriolage d’une bijouterie. Il fait part de son projet à Cobby, un bookmaker, qui le met en relation avec un avocat peu scrupuleux, Alonzo Emmerich. Celui-ci, au bord de la ruine, accepte de financer l’opération, non sans arrière-pensées. « Doc » recrute alors ses hommes : Dix Handley, un tueur, Louis Ciavelli, un spécialiste des coffres-forts, et un chauffeur, Gus Minissi. Le braquage se déroule à merveille, jusqu’à l’arrivée du gardien, que Handley abat froidement….

Un des plus beaux films policiers de l’histoire du cinéma hollywoodien. Chaque personnage est particulièrement travaillé. L’interprétation est vraiment brillante et Marilyn Monroe qui a pourtant un petit rôle, se fait déjà remarquer. On ne peut oublier la scène du hold-up dont le suspense inspira certains réalisateurs par la suite.

Le film a été réalisé en pleine période du maccarthysme. On retrouve l’ambiance de délation, de trahison et de règlements de comptes dans ce film, comme dans les films noirs de cette époque en général.

« Quand la ville dort » a fait l’objet de trois remakes produits par la MGM. En 1958, Delmer Daves en tourne une version westernienne intitulée « L’or du Hollandais » (« The Badlanders« ) dans laquelle Ernest Borgnine succède à Sterling Hayden, Alan Ladd à Sam Jaffe et Kent Smith à Louis Calhern. En 1962, Wolf Rilla met en scène « Les bijoux du pharaon » (« Cairo« ) qui est tourné en Egypte et qui raconte le vol des bijoux du Musée Archéologique du Caire. 

Cette fois-ci, c’est George Sanders qui succède à Sam Jaffe et Richard Johnson à Sterling Hayden. La MGM tourne enfin, en 1972, une nouvelle version, « Cool Breeze« , inédite en France et réalisée par Barry Pollack, interprétée par Thalmus Rasulala et Judy Pace. 

L’affiche montrant Marilyn Monroe dans une robe violette a été créée beaucoup plus tard, après qu’elle soit devenue connue. Monroe était une parfaite inconnue lorsque le film a été tourné en 1950 et n’a qu’un très petit rôle. En fait, elle n’a pas du tout été nommée sur les affiches originales.

Tous les dialogues prononcés par Alberto Morin, qui jouait Eddie Donato, ont été doublés par un autre acteur – probablement parce que Morin, né à Porto Rico, avait un accent portoricain prononcé et qu’Eddie Donato était censé être italien.

Fiche technique

Titre original : The asphalt jungle Réalisateur : HUSTON John Scénario : Ben MADDOW, John HUSTON Musique : Miklos ROSZA Photographie : Harold ROSSON (directeur), S.C. MANATT (plateau) Son : Douglas SHEARER Montage : George BOEMLER Décors : Edwin B. WILLIS Pays : Etats-Unis Date : 1950 (production et sortie) Genre : Policier Durée : 112 mn Interprètes : Sterling HAYDEN, Louis CALHERN, Jean HAGEN, James WHITMORE, Sam JAFFE, Mark LAURENCE, Marilyn MONROE N&b

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s