Et pour quelques dollars de plus

Synopsis

Le « manchot » et le colonel, deux redoutables personnages, se sont érigés en redresseurs de torts, et proposent leurs services aux représentants de la loi pour anéantir les bandits ou condamnés en fuite insaisissables. Pour ce travail, ils touchent une prime. Pour le « manchot », individu cynique et obstiné, tireur d’élite et dont le seul ami est son revolver, la chasse aux prunes est un gagne-pain. Pour le colonel, ex-véritable officier supérieur, cette activité est un luxe, un plaisir : il aime la chasse à l’homme, il aime faire justice. Les deux hommes se retrouvent donc toujours sur les mêmes pistes. Or ,voici qu’ils vont avoir affaire à forte partie. Un dangereux repris de justice, surnommé « L’Indien », échappé d’un pénitencier.

Ça flingue… beaucoup, des gros plans, encore des gros plans, une manière de filmer très particulière et reconnaissable. C’est le western spaghetti. Deuxième volet de la trilogie du dollar.

Sergio Leone avait d’abord choisi Lee Marvin comme acteur principal. Mais celui-ci abandonna le projet. Leone dut rechercher un nouvel acteur.

« J’ai pris l’avion pour LA afin de trouver un nouveau colonel Mortimer » raconte Leone; « J’étais tombé sur une très vieille photo de Lee Van Cleef dans l’annuaire des Academy Players. Il avait un peu l’air d’un coiffeur du sud de l’Italie, mais avec ce nez aquilin et ces yeux en amande si caractéristiques…Je me rappelais l’avoir vu dans  Le Train sifflera trois fois où il avait joué comme figurant, ainsi que dans Les Bravados et Règlement de comptes à O.K. Corral. Il devait avoir dans les 40 ans à l’époque, ce qui devait désormais lui faire dans les quarante-huit, cinquante ans. Juste l’âge de mon colonel. Quand je suis arrivé à Hollywood, il avait complètement disparu de la circulation. Après pas mal de recherches, nous avons fini par mettre la main sur un agent appelé Sid qui nous a informés qu’après un grave accident de 

voiture suivi d’un long séjour à l’hôpital, Lee Van Cleef avait renoncé au cinéma pour se lancer dans la peinture. […] Il est venu me trouver à mon hôtel dans les environs de LA. Je l’ai vu arriver de loin. Il avait exactement l’apparence qu’il fallait. Il avait les cheveux courts, et portait un long trench-coat très sale avec de hautes bottes noires. On aurait dit un vieil aigle grisonnant. Je me suis tourné vers mon directeur de production, Ottavio Oppo, et je lui ai dit : « Tu le fais signer sur-le-champ. Je ne veux même pas lui parler, parce que si je le fais, je risque de le prendre en grippe et de ne pas l’engager, et ce serait une grave erreur. Il est tellement parfait pour le film que je ne veux même pas entendre un mot de ce qu’il a à dire ». (« Il était une fois en Italie : les westerns de Sergio Leone » de Christopher Frayling, La Martinière)

Fiche technique

Titre original : Per qualche dollaro in più Réalisateur : LEONE Sergio Scénario : Luciano VINCENZONI, Sergio LEONE, Sergio DONATI Musique : Ennio MORRICONE Photographie : Massimo DALAMANO Son : Guido ORTENZI Costumes : Carlo SIMI Montage : Adriana NOVELLI, Eugenio ALABISO, Giorgio SERRALONGA Décors : Carlo SIMI Effets spéciaux : Giovanni CORIDORI Pays : Italie/Espagne Date : 1966 (sortie) Genre : western Durée : 128 mn Interprètes : Clint EASTWOOD, Lee VAN CLEEF, Gian Maria VOLONTE, Mara KRUPP, Luigi PISTILLI, Klaus KINSKI, Josef EGGER, Panos PAPADOPOULOS Couleur

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s