A la poursuite d’Octobre Rouge

Synopsis

En 1984, l’URSS lance un sous-marin de conception révolutionnaire. Tous les services secrets américains sont sur les dents. Le capitaine Ramius, l’as de la marine soviétique, chargé des premiers essais en mer, exécute l’officier politique chargé de la surveillance du bâtiment et met le cap sur les Etats-Unis. Les marines des deux grandes puissances sont à sa poursuite et personne ne connaît ses intentions : revanche, provocation, geste de démence ou de paix?

Dans le genre, c’est un bon divertissement, bien réalisé et joué.

Sir Sean Connery a passé du temps à bord de l’USS Puffer (S.S.N.652) pour se préparer pour son rôle. Il a reçu le statut de commandant et a été autorisé à donner des ordres en cours de route (avec le capitaine à côté de lui).

De son côté, Scott Glenn, pour s’entraîner à son rôle de commandant, a passé du temps sur l’USS Salt Lake City (S.S.N.-716). Le commandant du Salt Lake City, Thomas Fargo, a ordonné à son équipage de traiter Scott Glenn sur un pied d’égalité, lui donnant d’abord des rapports, puis le même rapport à Glenn. Ce dernier s’est inspiré du commandant Fargo, donnant des ordres d’une voix calme et régulière, même dans des situations tendues.

Les recruteurs de la Marine ont installé des kiosques dans certains halls de théâtre pour que les gens s’inscrivent pour rejoindre le service, ou du moins pour y jeter un œil. Le Pentagone espérait que ce film ferait pour le service sous-marin ce que « Top Gun » (1986) a fait pour l’aviation navale.

Pendant l’attaque de l’autre sous-marin russe, Ramius (Sean Connery) demande à Ryan quels livres il a écrits. Ryan décrit un livre sur l’amiral Halsey, auquel Ramius répond : « Je connais ce livre. Vos conclusions étaient toutes fausses, Ryan. Halsey a agi stupidement. » Aucune autre explication n’est donnée, mais ils se réfèrent à la bataille du golfe de Leyte en octobre 1944. Les Etats-Unis étaient sur le point d’envahir les Philippines et savaient que la marine japonaise contre-attaquait, mais ne savait pas où. La flotte de Halsey était censée garder les approches nordiques des plages d’invasion. La marine japonaise a envoyé une petite flotte de leurs navires dans une direction comme leurre. Halsey a envoyé 

toute sa flotte après, mais sans en informer le reste de la marine américaine de ce qu’il faisait, laissant le nord complètement sans surveillance. Le reste de la marine japonaise a pu passer indemne et sans être détecté. C’est à cet épisode que Ramius fait référence.

« Octobre Rouge, c’est un film à la fois d’action et de suspense qui a été tourné dans plusieurs endroits : l’Alaska, Washington et la Californie et sur plusieurs navires également. La distribution est très importante, avec quelque chose comme cents acteurs avec des rôles parlants ! (…) Sur un tournage, les deux premières semaines se passent à expliquer aux acteurs quel genre de film on fait, qui sont les personnages à interpréter et à mieux se connaître les uns les autres pour développer un style de travail afin de faciliter le sens de la communication. C’est ainsi que cela fonctionne. Après seulement on commence réellement le film. Les huit dernières semaines, le travail est beaucoup plus efficace, tout le monde se connaît. Sur « Octobre Rouge », ce fut différent car nous avions toutes les deux semaines un cast différent ! Les équipes des sous-marins américains, russes, les gens de Washington, Moscou, etc. Tous les quinze jours on repartait à zéro.« 

(John McTiernan)

« Ce sont les effets spéciaux qui m’ont posé le plus de problème. Ceux concernant notamment les sous-marins, la façon de les voir sous l’eau  à une distance telle que, si on était réaliste, il n’y aurait pas de lumière, donc pas d’image. »

(John McTiernan)

Fiche technique

Titre original : The Hunt for Red October Réalisateur : John McTIERNAN Scénario : Larry FERGUSON, Donald STEWART Musique : Basil POLEDOURIS Photographie : Jan DeBONT Son : Richard Bryce GOODMAN, Kevin F. CLEARY, Richard OVERTON, Cecelia HALL, George WATTERS II Costumes : James W. TYSON, Darryl M. ATHONS, Gary R. SAMPSON Montage : Dennis VIRKLER, John WRIGHT Décors : Terence MARSH Effets spéciaux : Alfred DI SARRO Pays : Etats-Unis Date : 1989 Genre :  Guerre Durée : 135 mn Interprètes : Sean CONNERY, Alec BALDWIN, Scott GLENN, Sam NEILL, James Earl JONES, Joss ACKLAND, Richard JORDAN, Peter FIRTH Couleur

Une réflexion au sujet de « A la poursuite d’Octobre Rouge »

  1. Un excellent film de sous-marins en période guerre froide. Je me souviens qu’à l’époque j’étais lecteur de Tom Clancy (j’avais adoré son roman de troisième guerre mondiale « tempête rouge »). McTiernan revigorait un genre apparu dès l’entre-deux guerres mondiales (cf « hommes sans femmes » de John Ford ou « Submarine » de Capra). Il est intéressant de le mettre aujourd’hui en balance avec le très bon « chant du loup », film français qui n’a rien à envier à l’efficacité des américains.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s