Alien la résurrection

Synopsis

Deux cents ans après la mort de l’officier Ripley, une équipe de généticiens ressuscite la jeune femme en croisant son ADN avec celui d’un Alien. Le cauchemar reprend. A bord de la station Auria, Ripley donne naissance à un fils qui lui est aussitôt enlevé. Prisonnière, elle s’efforce de renouer avec son lointain passé humain. Bientôt un autre vaisseau rejoint l’Auriga. Parmi l’équipage composé de brutes et de mercenaires, Ripley découvre une jeune femme, Call, avec laquelle elle ne tarde pas à se lier d’amitié.

C’est le volet qui a le moins marché et qui a été beaucoup descendu par la critique. Personnellement, je l’ai plutôt aimé malgré quelques scènes un peu trop cra cra pour moi !

Jean-Pierre Jeunet voulait avoir une scène où un moustique pique Ripley, puis disparaît en fumée à cause de son sang acide. Finalement, il a abandonné l’idée après que l’équipe SFX lui ait dit combien cela coûterait.

Afin d’augmenter les contrastes, le directeur de la photographie Darius Khondji a ajouté de l’argent au processus d’impression. Cela a eu pour résultat d’enrichir les couleurs sombres et de donner à tout le reste une teinte métallique. Il a également utilisé une teinte bleue électrique pour la séquence sous-marine.

Dans ses premières scènes avec le nouveau-né, Sigourney Weaver met un point d’honneur à ne pas le regarder dans les yeux. C’est une leçon apprise lorsqu’elle a joué dans « Gorilles dans la brume » (1988) en n’ayant pas de contact visuel initial avec un animal potentiellement dangereux.

« Moi, je me posais quand même des questions parce que succéder à des gens comme Ridley Scott, Cameron et Fincher ça fait un peu flipper évidemment. Je me suis dit « je ne vais jamais être capable de faire un truc comme ça ». Alors je réfléchissais et je me disais « bon voilà, premier plan, il faut que tu trouves une idée et puis tu vas leur proposer et puis, si ça leur plaît, on va voir. »

Je trouve une idée, le lendemain, je leur raconte et je les vois assez contents mais bon sans plus. Et le surlendemain, je retourne au studio, et tout le studio était au courant de l’idée « Ah super l’idée, génial et tout ». Donc j’ai compris que c’est ça qu’ils cherchaient. A partir de ce moment-là, j’ai amené tous les jours des idées et j’ai cru comprendre qu’ils n’ont pas tellement l’habitude de ça. La grande bonne surprise, c’est qu’artistiquement, ils me laissent une liberté presque semblable à celle qu’on a en Europe. Il y a que sur le casting où tout le monde a des idées, tout le monde a ses opinions. Donc là, il a fallu se battre, beaucoup, je suis content à 95% ce qui est beaucoup. Par contre, la grande mauvaise surprise, c’est que, au niveau financier, je me disais « Hollywood c’est Hollywood, on va avoir tout ce qu’on veut ».Et c’est une pression considérable parce que depuis 5 ans, ils essayent de réduire les coûts du film et c’est, mais, pire qu’en France. On dépense énormément d’énergie dans les rapports politiques, à éviter les conflits, à vendre des choses, à préserver son intégrité et en même temps à préserver le film, à sauver le film presque malgré eux. Et quelque part, ça rapproche un peu du schéma de la publicité en France. C’est-à-dire qu’on a affaire à un client qui a l’intention de faire un produit pour faire de l’argent essentiellement et nous, à l’intérieur de ça, on essaye de faire de l’art.

(Jean-Pierre Jeunet)

Fiche technique

Titre original : Alien – Resurrection Réalisateur : Jean-Pierre JEUNET Scénario : Joss WHEDON Musique : John FRIZZELL Photographie : Darius KHONDJI Son : Richard Bryce GOODMAN Costumes : Bob RINGWOOD Montage : Hervé SCHNEID Décors : Nigel PHELPS Effets spéciaux : Andy WEDER, Jim GIRCH, Gary BENTLEY, Mike DELGENIO Pays : Etats-Unis Date : 1997 Genre : Science fiction Durée : 104 mn Interprètes : Sigourney WEAVER, Winona RYDER, Dominique PINON, Ron PERLMAN, Gary DOURDAN, Michael WINCOTT, Kim FLOWERS, Dan HEDAYA, J.E. FREEMAN, Brad DOURIF Couleur

2 réflexions au sujet de « Alien la résurrection »

  1. Même surprise que mon honorable prédécesseur : Joss Whedon ! Et bien moi je suis aussi assez indulgent, j’ai pas détesté cet épisode même s’il n’a pas autant de personnalité que ses prédécesseurs. Et puis les aliens sous l’eau, ça reste une idée visuelle plutôt marquante.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s