58 minutes pour vivre

Synopsis

L’inspecteur de police McClane attend que l’avion de son épouse atterrisse dans un aéroport international proche de Washington. D’étranges allers et venues attirent son attention. Il suit des hommes qui communiquent discrètement entre eux jusqu’au sous-sol de l’aéroport. Là, des inconnus tirent sur lui et des mercenaires prennent le contrôle de l’aéroport, coupant toute communication avec l’extérieur.

Je n’ai pas aimé ce deuxième volet de la saga. Le scénario n’est pas très original et est sans réelle surprise. Bof.

Tourné au Grant County Airport, Moses Lake dans l’Etat de Washington, au Kincheloe International Airport, Michigan, au Stapleton International Airport de Denver, Colorado. La plupart des scènes de l’intérieur de l’aéroport ont été filmées dans le terminal international Tom Bradley de l’aéroport international de Los Angeles.

L’équipe commando du major Grant est appelée «Blue Light». C’était le nom d’une véritable équipe antiterroriste militaire américaine formée au sein du 5e groupe de forces spéciales de l’armée dans les années 1970.

Le tournage devait initialement avoir lieu dans l’État de Washington aux alentours de l’hiver. Mais quand l’équipage est arrivé, il faisait exceptionnellement chaud. 

L’équipage a dû voyager dans tout le nord-ouest et à revenir à la recherche de neige, qui semblait fondre à chaque arrivée. La plupart du temps, la neige provenait du Canada par camion ou était constituée d’un assortiment de neige semblable (p. Ex. Flocons de papier, flocons de pommes de terre, poussière de marbre, sel gemme, etc.). Lorsque l’équipage a atterri dans le Colorado pour filmer la poursuite en motoneige, ils avaient installé des couvertures de fausse neige, puis un blizzard massif avec des températures bien en dessous de zéro (-17 °) a balayé l’état et le tournage a dû être arrêté.

Fiche technique

Titre original : Die Hard 2. Die Harder Réalisation : Renny HARLIN Scénario : Steven E. De SOUZA, Doug RICHARDSON Musique : Michael KAMEN Photographie : Olivier WOOD (directeur), John SHANNON (plateau) Son : Robert RENGA Costumes : Marilyn VANCE-STRAKER Montage : Stuart BAIRD, Robert A. FERRETTI Décors : John VALLONE, Robert GOULD Effets spéciaux et visuels : Al DISARRO (effets spéciaux) – Jeffrey A. OKUN (effets visuels) Pays : Etats-Unis Date : 1989 Genre : Action Durée : 123 mn Interprètes : Bruce WILLIS, Bonnie BEDELIA, William ATHERTON, Reginald VelJOHNSON, Franco NERO, William SADLER, John AMOS, Dennis FRANZ Couleur

Une réflexion au sujet de « 58 minutes pour vivre »

  1. Je ne suis pas non plus très fan de ce deuxième volet, plus raplaplat. Les hauteurs conviennent mieux à John McClane. Et puis Renny Harlin n’est pas McTiernan!
    Reste Bruce, dans son rôle le lus emblématique, égal à lui-même.
    Merci pour ces anecdotes que j’ignorais.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s