Une journée en enfer

Synopsis

Le lieutenant John McClane est demandé en personne par un terroriste, Simon, qui menace New York. Alors qu’il fait équipe avec Zeus, un commerçant du quartier d’Harlem embarqué dans l’aventure malgré lui, McLane se livre à un petit jeu à travers toute la ville, devant résoudre des énigmes. S’il rate son coup, une bombe explose, c’est la règle imposée par Simon.

Je ne sais pas si c’est mon préféré ou le premier de la saga, probablement ex aequo. J’aime tout dans celui-là : le scénario, le choix des acteurs… Et quant à l’énigme des bouteilles, j’ai mis un temps fou à la comprendre ! Très énervante…

Comme dans « Piège de cristal » (1988), l’allemand parlé dans ce film est le plus souvent grammaticalement incorrect. Quelques lignes sont si fausses, qu’elles doivent être considérées comme du charabia (notamment l’échange des faux flics, à qui Zeus donne la bombe porte-documents ). Dans la version allemande, évidemment, toutes les répliques qui étaient allemandes dans le film original sont grammaticalement correctes, adaptées au contexte, et certains terroristes ont même un accent est-allemand.

Les scènes de poursuite dans le tunnel ont été filmées dans le tunnel d’eau numéro 3 de New York City, un aqueduc inachevé reliant la ville aux montagnes Catskill dans le nord de l’État de New York.

L’énigme de la bouteille d’eau provenait d’un problème que Jonathan Hensleigh a eu lors d’un examen et qu’il n’a pas compris.

Le panneau sandwich que Bruce Willis portait lors du tournage à Harlem était à l’origine vierge, plutôt que textuel, pour s’assurer que personne n’était offensé par le message raciste. Le « I Hate N **** s » a été ajouté avec CGI en post-production. Certaines émissions de télévision utilisent une version alternative avec comme texte « Je déteste tout le monde« , ce qui est parfois considéré à tort comme la version originale des mots utilisés pour le tournage.

Dans « Piège de cristal » (1988), les méchants sont supposés être des terroristes, mais s’avèrent être des voleurs. Dans « 58 minutes pour vivre » (1990), les méchants sont supposés être des voleurs (de bagages), mais s’avèrent être des terroristes. Ici, les méchants se révèlent être des terroristes ET des voleurs. Les suites suivantes ne suivent pas cette formule.

Le thème principal de ce film est « Johnny I Hardly Knew Ye« , une chanson irlandaise du début du XIXe siècle dénonçant les atrocités de la guerre. Cela a ensuite été adapté en « When Johnny comes Marching Home« , une chanson irlandaise rendue célèbre en Amérique par Patrick Sarsfield Gilmore, alias Louis Lambert , en 1863.

Le personnage « Dr. Fred Schiller » était une référence au poète allemand du XVIIIe siècle Friedrich Schiller. Il a écrit les paroles (ode à la joie) utilisées par Ludwig van Beethoven dans sa 9e symphonie que l’on retrouve dans « Piège de cristal » (1988).

Jonathan Hensleigh a été arrêté par le FBI après avoir terminé le scénario du film parce qu’il connaissait des informations détaillées sur la Réserve fédérale d’or au centre-ville de Manhattan. Hensleigh a déclaré qu’il avait obtenu toutes les informations d’un article écrit dans le New York Times.

Fiche technique

Titre original : Die Hard with a Vengeance Réalisation : John McTIERNAN Scénario : Jonathan HENSLEIGH Musique : Michael KAMEN Photographie : Peter MENZIES Jr. Son : Avram D. GOLD, Patricio A. LIBENSON, Geoffrey G. RUBAY, David A. WHITTAKER Costumes : Leslie BLOOM, Joseph G. AULISI Montage : John WRIGHT Décors : Jackson DeGOVIA Effets spéciaux et visuels : Paul STEWART, Richard CORY, Dick CROSS, Gary CRUISE, Al GRISWOLD, Harold McCONNELL Jr., William H. SCHIRMER, Ray SVEDIN (effets spéciaux) – Scott E. ANDERSON (effets visuels) Pays : Etats-Unis Date : 1995 Genre : Action Durée : 128 mn Interprètes : Bruce WILLIS, Jeremy IRONS, Samuel L. JACKSON, Larry BRYGGMAN, Graham GREENE, Colleen CAMP, Anthony PECK, Nick WIMAN Couleur

5 réflexions au sujet de « Une journée en enfer »

  1. Die Hard 3, comme Die Hard 1, sont tous d’eux l’œuvre de l’excellent John McTiernan. La qualité est là. J’aime bien aussi le quatrième (toujours une histoire de faux terroristes intéressés par l’argent), assez exubérant mais jouissif. Je ne suis pas allé plus loin.
    Excellentes anecdotes une fois de plus !

    Aimé par 1 personne

  2. Oui je confirme, c’est bien Die Hard 5 « Belle Journée pour Mourir » avec son fils. Ce dernier volet est le plus mauvais de mon point de vue. Pas de chance pour Jai Courtney (qui joue le fils), son rôle n’est pas du tout charismatique. Son personnage n’a aucune profondeur.
    J’ai moi aussi un faible pour Die Hard 4, que je trouve assez drôle, notamment du fait du duo formé par Justin Long et Bruce Willis. Un duo qui marche bien mieux que celui de Die Hard 5 !
    Pour moi, le meilleur des Die Hard est bien « Une Journée en enfer », c’est vraiment le plus drôle et le mieux rythmé. Et moi non plus, je n’avais pas compris l’énigme des bidons 😉 Il m’a fallu plusieurs visionnages pour enfin capter la technique ! Je sais pas comment ils font pour résoudre ça avec le stress…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s