Sherlock Holmes

Synopsis

À Londres en 1890, Sherlock Holmes et le Dr John Watson se précipitent pour empêcher le meurtre rituel d’une fille par Lord Blackwood , qui a tué cinq autres personnes de la même manière. Ils sont en mesure d’arrêter le meurtre juste à temps avant que l’ inspecteur Lestrade et la police n’arrivent pour procéder à l’arrestation. Trois mois plus tard, Blackwood est condamné à mort et demande à voir Holmes, qui lui rend visite en prison. Il prévient Holmes de trois autres décès imminents qui entraîneront de grands changements dans le monde.

Je viens de visionner ce premier « Sherlock Holmes » de Ritchie et j’ai plutôt aimé, peut-être parce que j’étais préparée à la façon de travailler du réalisateur grâce à « Jeu d’ombres« , et puis j’ai trouvé le scénario moins brouillon. Disons que je ne me suis pas perdue dans l’histoire ! Mark Strong est un bon choix pour le rôle du « méchant ».

« Vous savez que ce que vous buvez est pour une chirurgie oculaire? » est une référence obscure à la consommation de cocaïne de Holmes. À l’époque, la cocaïne était utilisée comme anesthésique topique pour la chirurgie oculaire (1880). Au cours des 20 années suivantes, la cocaïne est devenue un médicament très populaire en Europe et en Amérique, beaucoup de médecins du 19ème siècle, comme Sigmund Freud, ont défendu l’usage de la cocaïne et l’ont utilisée pour traiter surtout la dépression, la migraine et les maux de dents. Dans les histoires, Holmes s’injecte de la cocaïne.

L’art martial utilisé par Holmes est le Wing-Chun Kung Fu (célèbre utilisé par Ip Man Yee et Bruce Lee ). Robert Downey, Jr. est un praticien de l’art dans la vie réelle, et la scène de combat entre lui et David Garrick à Punch Bowl Pit a été coordonnée avec l’aide de son entraîneur.

Il y a des références répétées à cinq femmes assassinées par Lord Blackwood avant le début du film. Cinq est également le nombre de femmes qui, selon la plupart des historiens, ont été assassinées par Jack l’Éventreur en 1888.

Quand Sherlock dit « Maintenant que tu es confortablement assis, je vais commencer. » pour débuter l’intrigue de Blackwood, il s’agit d’une référence à un programme de radio pour enfants de la BBC diffusé entre le 16 janvier 1950 et le 10 septembre 1982. « Listen With Mother« ,  était célèbre pour sa réplique d’ouverture « Êtes-vous assis confortablement? Alors je vais commencer. »

Les derniers mots de Lord Blackwood, « La mort n’est que le début« , sont les mêmes mots qui ont été gravés dans le sarcophage d’Imhotep dans « La Momie » (Stephen Sommers, 1999).

Le pont en construction est le pont de la Tour (Tower Bridge). La construction du pont débute en 1886 et demande pendant huit ans le travail de 432 ouvriers et cinq entrepreneurs principaux : John Jackson (fondations), Baron Armstrong (hydraulique), William Webster, H. H. Bartlett et William Arrol & Co. E.W. Crutwell est nommé ingénieur résident pour le projet . Le pont est officiellement ouvert le 30 juin 1894 par le prince de Galles, futur roi Édouard VII. Au moment de sa construction, le Tower Bridge est le plus grand (246 mètres de longueur et 

65 mètres de hauteur) et le plus sophistiqué des ponts basculants jamais construits. Le pont est célèbre dans le monde entier grâce à son architecture très particulière, de style néogothique. Il est composé de deux grandes tours, d’une suspension rigide, d’un tablier s’ouvrant au passage des navires les plus hauts et, au sommet, de deux passerelles piétonnes parallèles. Les machineries du pont ouvrant sont ouvertes au public depuis 1982 sous forme de musée présentant le fonctionnement du mécanisme hydraulique qui permet depuis 1894 de soulever le pont à bascule.

« Mon interprétation est ce que les puristes pourraient attendre… si les puristes savaient de quoi ils parlent. La plupart des choses surprenantes utilisées comme arguments massues sont des propos associés à Sherlock Holmes, mais qui ne figurent pas dans les romans ou les nouvelles. Il n’a jamais porté cette fameuse cape de chasseur de cerf comme on l’a souvent représenté. Même la longue pipe est juste un truc utilisé par William Gilette pour ne pas assombrir son visage sur scène. Donc nous sommes retournés aux sources, autant que nous le pouvions, en essayant de coller au mieux à la façon dont Doyle présentait ses personnages« .

Robert Downey Jr.

« Il me rappelle Dracula notamment car il dégage cette sensation de pouvoir et cette présence, cette force. Déjà parce qu’il doit être un leader de son culte de l’au-delà, ensuite parce que Holmes doit avoir un adversaire à sa hauteur. Un héros est défini par son méchant, souvent. Ses vêtements donnent aussi cette impression, avec ce cuir, ce look SM, cette coupe sévère et menaçante… Et au final, on a réalisé que cela rappelait beaucoup Dracula mais ce n’était pas intentionnel. J’avais lu « Le chien des Baskerville » à l’école. Je connaissais aussi le personnage par les séries et les téléfilms. Du coup je pensais découvrir une approche à l’ancienne et j’ai découvert avec plaisir la modernité de l’approche de Guy [Ritchie]. C’est ce qui m’a intéressé« .

Mark Strong à propos de son rôle

Fiche technique

Titre original : Sherlock Holmes Réalisation : Guy RITCHIE Scénario : Michael Robert JOHNSON, Anthony PECKHAM, Simon KINBERG Musique : Hans ZIMMER Photographie : Philippe ROUSSELOT (direction) Son : James MATHER Costumes : Jenny BEAVAN, Melissa MEISTER Montage : James HERBERT Décors : Katie SPENCER, Sarah GREENWOOD Effets spéciaux et visuels : Mark HOLT, James DAVIS, Hugh GOODBODY (effets spéciaux) – Jonathan FAWKNER, Cliquet FULKER, Jason HORLEY, Laurent HUGUENIOT, Chas JARRETT, Rick LEARY, David VICKERY (effets visuels) Pays : Etats-Unis Date : 2009 Genre : Aventure Durée : 128 mn Interprètes : Robert DOWNEY Jr., Jude LAW, Rachel McADAMS, Mark STRONG, Kelly REILLY, Eddie MARSAN, James FOX, Hans MATHESON, William HOPE, Geraldine JAMES Couleur

3 réflexions au sujet de « Sherlock Holmes »

  1. ça n’a pas l’air mal, ah le cinéma me manque !!! je n’y retourne plus depuis la covid…
    espérons qu’un jour on pourra de nouveau y retourner.
    espère que tu vas bien, je t’embrasse bien fort, biz flo

    Aimé par 1 personne

  2. Vu mais je n’avais pas tellement aimé à l’époque. Le style Ritchie n’est vraiment pas pour moi.
    J’ignorais que Downey était à ce point versé dans les arts martiaux.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s