Open Range

Synopsis

Boss Spearman, Charley Waite, Mose Harrison et « Button » mènent leurs troupeaux à travers les vastes plaines de l’Ouest. Les quatre hommes partagent une amitié basée sur un code d’honneur solide et une vie partagée en marge de la civilisation. Leur migration les conduit à proximité de Harmonville, un petit patelin sous la férule d’un shérif corrompu  et d’un rancher tyrannique qui gardent le pouvoir par la peur et la violence. Boss et Charley se trouvent irrémédiablement entraînés vers une confrontation avec les dirigeants de la petite ville pour protéger la liberté et les valeurs rattachées à leur style de vie d’une autre époque.

Moi je dis, pari réussi. Bien sûr il y a le côté classique, les bons d’un côté, les méchants de l’autre avec la bataille finale qui clôt bien des westerns. Mais ce sont les dialogues qui m’ont surpris et il y en a beaucoup. Ce ne sont pas que des dialogues d’ailleurs, mais des conversations entre les personnages livrant ainsi leur intimité,  rare dans ce genre de film.  Bien filmé, bien construit avec un très beau casting. J’ai beaucoup aimé.

A l’origine du western de « Open Range », le scénariste Craig Storper reconnaît la difficulté de cette entreprise, et l’emprise du film de Clint Eastwood sur le genre : 

« Prendre une option sur ce livre relevait de la pure folie étant donnée la réticence d’Hollywood à ce genre cinématographique… Le dernier vrai succès dans ce domaine a été « Impitoyable », il y a déjà plus de dix ans. Il faut vraiment croire à l’histoire et trouver les partenaires qui ont les tripes pour la raconter avec vous. »

Pour les besoins du tournage, une ville entière, digne du far-west, a été construire. La naissance d’Harmonville a pris neuf

semaines, précédées d’un intense travail de documentation pour être fidèle à tous les détails, du papier peint aux plus petits clous. Gae Buckley, la décoratrice, explique : 

« Nous avons voulu recréer ce qui a vraiment existé, dans le style des bâtiments, dans la décoration et dans la sélection des peintures qu’ils utilisaient à l’époque. Notre palette s’inspire directement de couleurs de 1880. »

Pour tenir tête à Robert Duvall, et incarner le terrible Denton Baxter, il fallait une forte personnalité. Le choix de Kevin Costner s’est finalement porté sur Michael Gambon, acteur britannique et… sir. Celui-ci s’est d’ailleurs réjoui : 

« J’ai adoré l’idée de jouer dans un western ! Pour un Anglais, c’est un rêve… Et le meilleur rôle, c’est celui du méchant !« 

Fiche technique

Titre original : Open Range Réalisation : COSTNER Kevin Scénario : Craig STORPER Musique : Michael KAMEN Photographie : James MURO Son : Glen GAUTHIER Costumes : John BLOOMFIELD Montage : Michael J. DUTHIE, Miklos WRIGHT Décors : Gae S. BUCKLEY Effets spéciaux : Neil TRIFUNOVICH Pays : Etats-Unis Date : 2003 (production) – 2004 (sortie) Genre : western Durée : 139 mn Interprètes : Kevin COSTNER, Robert DUVALL, Annette BENING, Diego LUNA, Michael JETER, Abraham BENRUBI, Michael GAMBON Couleur

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s