Godzilla (1998)

Synopsis

Une tempête effroyable se déchaîne sur le Pacifique, engloutissant un pétrolier tandis qu’un immense éclair illumine le ciel au-dessus de la Polynésie française. Des empreintes géantes creusent un inquiétant sillon à travers des milliers de kilomètres de forêts et de plages au Panama. Les navires chavirent au large des côtes américaines et ces horribles phénomènes s’approchent de plus en plus près de New York. Le chercheur Nick Tatopoulos est arraché à ses recherches afin d’aider les Etats-Unis à traquer le monstre qui est à l’origine de ces désastres mystérieux. 

Quand les Américains s’attaquent à un monstre du cinéma japonais, un kaijû. Bien évidemment, bourrins qu’ils sont, ils n’ont pas compris le sens des films japonais sur ce sujet : l’écologie et surtout la peur de la bombe nucléaire, peur ben compréhensible dans ce pays. Je dirais même que les Américains n’auraient pas du « emprunter » ce personnage mythique japonais. Alors bien sûr, il y a pleins d’effets spéciaux, pleins d’actions et ça plaît aux gens évidemment. Personnellement, je préfère regarder « Godzilla » de Ishirô Honda de 1954 et dont j’ai déjà fait la fiche.

En mai 1997, le tournage de « Godzilla » dans la ville de Jersey City est marqué par l’arrivée d’une puissante tornade. Contre toutes attentes, ce qui devait être une complication logistique de plus est vite devenu un plus au niveau de la mise en scène. L’équipe de Roland Emmerich a en effet décidé de filmer certaines images de destruction après le passage de la tornade, des séquences qui auront leur utilité lors du montage du film.

S’il a remporté quelques prix attribués par le public ou dans des cérémonies plus spécialisées, « Godzilla » a également eu sa part de Razzie awards, récompensant les pires films de l’année, en 1999. Le film repart avec les titres de Pire remake (partagé avec « Chapeau melon et bottes de cuir » de Jeremiah Chechnik et « Psycho » de Gus Van

Sant) et de Pire actrice dans un second rôle. Le film avait également été nommé dans les catégories Pire réalisateur, Pire image et Pire scénario.

Toho Studios a remis aux créateurs américains un dossier de 75 pages de ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire avec le personnage de Godzilla. Cela comprenait les règles suivantes :

  • Godzilla ne peut pas manger les gens, seulement du poisson
  • il doit avoir trois rangées de plaques dorsales
  • pas plus ou moins de trois orteils sur ses pieds et quatre doigts sur ses mains
  • il ne peut pas avoir l’air idiot
  • il ne peut pas mourir dans le film

Presque tous ces points ont été ignorés, et selon Patrick Tatopoulos, les seules instructions spécifiques que Roland Emmerich lui a données étaient que Godzilla devrait être capable de courir incroyablement vite et qu’il ne devrait pas trop ressembler à un dinosaure.

À mi-parcours d’une projection, Kenpachirô Stasuma, qui a joué Godzilla de 1985 à 1995, est sorti en disant « Ce n’est pas Godzilla. Il n’a pas l’esprit. »

Fiche technique

Titre original : Godzilla Réalisateur : EMMERICH Roland Scénario : Dean DEVLIN, Roland EMMERICH Musique : David ARNOLD Photographie : Ueli STEIGER Costumes : Joseph A. PORRO Montage : Peter AMUNDSON, David J. SIEGEL Décors : Oliver SCHOLL Effets spéciaux : Glenn R. KARPF, Volker ENGEL Pays : Etats-Unis Date : 1998 (production et sortie) Genre : fantastique Durée : 140 mn Interprètes : Matthew BRODERICK, Jean RENO, Maria PITILLO, Hank AZARIA, Michael LERNER, Kevin DUNN, Doug SAVANT Couleur

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s