Master and Commander : de l’autre côté du monde

En 1805, l’Angleterre règne en maître sur les mers du monde entier. Jack Aubrey, commandant de la frégate Surprise, croise au large du Brésil avec son navire. C’est là qu’il est violemment pris à parti par un corsaire français, capitaine de l’Achéron, vaisseau qui le surclasse en puissance de feu. La Surprise est rudement touchée, mais parvient à semer son ennemi. Aubrey refuse de reprendre le chemin de l’Angleterre. Il fait réparer son navire aux abords d’une île avec de se lancer à la poursuite de l’Achéron.

J’ai adoré ce film. Je l’ai presque regardé comme un documentaire. Cette reconstitution de la vie sur un navire au XIXe siècle est tout simplement fascinante. 

Le réalisateur voulait recruter des acteurs avec « des visages qui ressemblaient à ceux d’antan (…), des gens qui n’ont pas ces sourires de magazines sans âme ou ces expressions cyniques et désabusées« . Il a donc choisit 130 acteurs venant des quatre coins du monde parmi 7000 candidats pour constituer l’équipage du HMS Surprise.

Le tournage s’est principalement déroulé sur le voilier HMS Rose, une réplique de frégate du 18ème siècle, lancée en 1970 et rebaptisée HMS Surprise lors de son acquisition au musée maritime de San Diego après le tournage du film. Les seules scènes tournées sur terre ferme l’ont été sur les îles Galapagos. C’est la première fois qu’un film est tourné dans cette région du monde.

L’un des marins déclare à Jack Aubrey avoir vu la construction de l’Achéron aux Etats-Unis, or la marine française n’a jamais fait construire un navire par les Américains. La frégate Achéron, purement fictive (on ne trouve pas ce navire dans la liste des navires français quelque soit la période historique, par contre il y eu 8 bombardes Acheron dans la Royal Navy) et qui n’apparaît même pas dans le roman est une reproduction de la Constitution, navire américain de la même époque.

Dans le film, Jack a le grade supérieur de « Capitaine », ce que prouvent ses deux épaulettes dorées, conformes au règlement de 1795. Le terme « capitaine » faisait référence à une position à bord d’un navire ainsi qu’un grade. Les commandants ne portaient qu’une épaulette en or sur l’épaule gauche. Les capitaines portaient l’épaulette sur l’épaule droite jusqu’à ce qu’ils purgent trois ans désignés « Post », après quoi ils les portaient sur les deux épaules. Généralement, les officiers qui commandaient un navire étaient appelés « capitaine », quel que soit le grade réel de l’officier.

Concrètement, les Anglais n’ont pas combattu les Français dans le Pacifique sud à cette époque. Le roman fait mention d’une poursuite dans le Pacifique au cours de laquelle Jack Aubrey poursuit le USS Norfolk, un navire américain qui s’attaquent aux baleiniers anglais.

L’adversaire le plus probable des Anglais auraient effectivement été les Etats-Unis, avec leur frégate USS Essex, qui fut capturée dans le Pacifique, durant la guerre de 1812, par le HMS Phoebe, navire de la flotte britannique, alors que l’Essex s’attaquait à des baleiniers anglais. Cependant, dans le film, le HMS Surprise est à la poursuite d’un navire français soi-disant invincible nommé l’Achéron. En réalité, les Français ne disposaient pas d’un tel bateau, dont les boulets de canon rebondissaient sur ses flancs comme s’ils étaient en acier. Le seul vaisseau qui correspondrait à cette description à l’époque est le USS Constitution, un navire américain impliqué dans la guerre de 1812. Si c’est le cas, le combat aurait plutôt eu lieu dans l’océan Atlantique.

Titre original : Master and Commander : The Far Side of the World Réalisateur : Peter WEIR Scénario : Peter WEIR, John COLLEE Musique : Iva DAVIES, Christopher GORDON, Richard TOGNETTI, Luigi BOCCHERINI, Arcangelo CORELLI, Jean-Sébastien BACH Photographie : Russell BOYD, Son : Richard KING, Paul MASSEY, Doug HEMPHILL, Art ROCHESTER Costumes : Wendy STITES Montage : Lee SMITH Décors : William SANDELL, Robert GOULD Effets spéciaux et visuels : Stefen FANGMEIER (effets spéciaux) – Dan SUDICK, Nathan McGUINNESS, Robert STROMBERG (effets visuels) Pays : Etats-Unis Date : 2003 Genre : Aventure Durée : 138 mn Interprètes : Russell CROWE, Paul BETTANY, Billy BOYD, James d’ARCY, Lee INGLEBY, George INNES, Mark Lewis JONES, Chris LARKIN Couleur

5 réflexions au sujet de « Master and Commander : de l’autre côté du monde »

  1. La tradition maritime britannique, disait Churchill, est fondée sur le rhum, le fouet et la sodomie. Tout le reste n’est que petits arrangements avec l’histoire. 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s